Le Livre en papier • Confiscation de BENMOUSSA

publier-un-livre.com_1813-confiscation
Confiscation
Catégorie : Histoire
Récit d’une factuelle « CONFISCATION » par arbitraire ou éternelle conviction (!?) Démystification d'un occultisme de cette grande mosquée de Paris. Sa construction s’est concrétisée après la 1ère guerre mondiale en hommage à des milliers de morts musulmans ayant combattu pour la France. C’est aux Habous qu’est revenue la charge de sa construction. Inaugurée le 16/07/1926 par le président DOUMERGUE et du sultan marocain Moulay YOUSSEF. En 1929, le roi d'Égypte Fouad Ier ayant offert le 1er minbar de la mosquée, utilisé à nos jours. Une architecture inspirée de la célèbre El-Qaraouiyyîn de Fès au style Marocain Almohade et Andalous. Son minaret imitant celui de la Zitouna Tunisienne. Son historicité fait d’elle d’office (!) la mère des mosquées de la France sous la direction d’un pool lié, délibérément (!), à la colonisation du Maghreb.
Prix : 14,99 €
Tous les prix incluent la TVA
Catégorie : Histoire – Spiritualité (Islam).
La présente composition est le récit d’une factuelle « CONFISCATION » par arbitraire ou éternelle conviction !
C’est pourquoi elle tente de démystifier l’historicité de cet occultisme en mettant à nue et à vue cette grande mosquée en la plaçant au centre de son petit douillet village parisien.
En effet, la décision de construire cette mosquée, s’est concrétisée après la première guerre mondiale en hommage à des dizaines de milliers de morts de confession musulmane ayant combattu pour la France.
C’est à la Société des Habous qu’est revenue la charge de sa construction.
Elle est inaugurée le 16 juillet 1926, en présence du président français Gaston DOUMERGUE et du sultan du Maroc Moulay YOUSSEF.
En 1929, le roi d'Égypte Fouad Ier ayant offert le premier minbar de la mosquée, utilisé jusqu'à nos jours.
Son architecture s’est inspirée de la mosquée El-Qaraouiyyîn de Fès (une des plus importantes mosquées du Maroc et une des plus anciennes au monde), et construite dans le style du Maroc Almohade et de la péninsule Ibérique Al-Andalus, sa décoration et en particulier les zelliges étant confiés à des artisans spécialisés du Maroc et spécialement de Fès et Meknès avec des matériaux traditionnels.
Le minaret, inspiré de la mosquée Zitouna, en Tunisie, lui-même de style Almohade.
L’histoire de la mosquée de Paris fait d’elle, aujourd’hui, d’office la mosquée mère de toutes les mosquées de la République Française sous la direction (in)contestable d’un pool lié, délibérément, à la colonisation du Maghreb.
Historiquement, il en est relevé que la Grande mosquée de Paris est comme accouplée à la colonisation française du Maghreb.
Un premier projet de mosquée à Paris dans le quartier Baujon en 1842, puis la relance d’intentions similaires à l’Ambassade marocaine en 1878 et 1885 sont attestés. En 1846, la « Société orientale » propose un projet de construction à Paris, puis à Marseille, [d’]un cimetière, [d’]une mosquée et [d’]un collège musulmans.
La réaction négative du ministère de la Justice et des Cultes, qui débat avec le Quai d’Orsay, enterre le projet pour dix ans.
L’ambassade ottomane à Paris qui est à l’origine de l’arrêté préfectoral du 29 novembre 1856 qui délimita un enclos spécial réservé aux inhumations de musulmans dans la 85ème division du cimetière de l’Est parisien, dit du Père-Lachaise.
C’est en 1914, qu’un projet architectural est proposé ; un important édifice avec un dôme et des caractéristiques « islamiques » affirmées. La première guerre mondiale empêcha la réalisation de ce projet.
En 1923, la commission interministérielle des affaires musulmanes discuta des travaux à exécuter au cimetière musulman du Père-Lachaise.
Elle conclut à l’inutilité d’édifier une mosquée dans cette nécropole, puisque l’on en bâtissait une dans « le quartier du Jardin des plantes ». Un premier projet de mosquée est envisagé sans succès en 1895 par le comité de l'Afrique française.
Un article de La Presse du 12 janvier 1896 est pourtant encore optimiste concernant ce projet de mosquée qui aurait dû être construite sur le quai d'Orsay avec le soutien financier du sultan de Constantinople, du vice-roi d'Égypte et du sultan du Maroc.
Le journaliste Paul Bourdarie justifie la construction de la mosquée de Paris dans le journal La Revue indigène : « Une telle proposition ne pouvait être oubliée et disparaître. Elle correspond trop bien à la politique que la France se doit à elle-même de suivre envers ses fils musulmans, et qui doit se traduire tantôt en actes d’équité politique ou administrative et tantôt en gestes de sympathie ou de bienveillance. Dès sa fondation en 1906, La Revue indigène avait mis dans ses plans de reprendre ce projet dès que seraient réalisées les réformes qu’elle se proposait de préconiser et de faire aboutir. Les membres de la délégation musulmane algérienne venue à Paris en 1912 se rappellent que la question fut abordée à ce moment au cours des réunions qui eurent lieu au siège de La Revue indigène. Entre-temps, d’aucuns préconisaient de leur côté l’érection d'une mosquée à Paris. D’autres, sans doute, entrevoyaient la même construction comme désirable et possible ».
Auteur : BENMOUSSA
Catégorie : Histoire
Format : A5 (14,8 x 21 cm)
Nombre de pages : 100
Couverture : Souple
Reliure : Dos carré collé
Finition : Brillant
ISBN : 978-2-8083-1074-1
« Retour au catalogue
BENMOUSSA Diplômé des Etudes Techniques Supérieures en Hautes Ecoles. Agrégé en Sciences Politiques Economiques et Sociales. Tous les ouvrages de cet auteur »
Partager :
Le Livre en Papier c'est aussi :
Paiement par carte
Le Livre en Papier vous permet de payer vos commandes par Bancontact, Visa et Master Card mais également par virement bancaire.
Expédition à l'international
Le Livre en Papier expédie vos commandes où que vous soyez via les services de Bpost.
Publier votre livre gratuitement !
Le Livre en Papier vous permet de publier un livre gratuitement, sans surprise, ni frais cachés. Cliquez ici pour plus d'informations