Le Livre en papier • Simon Vestdijck (traduction de Serge Rossignol)

Nouveautés :
publier-un-livre.com_333-le-reve-d-adolf
Le Rêve d'Adolf
Marco Valdo M.I. Le Rêve d'Adolf est le rêve (de grandeur mondiale) d'Adolf Hitler et sa fin catastrophique. Il est composé de 31 chansons qui racontent les années les plus...
publier-un-livre.com_332-alice
Alice
Mattia Imperiale Qui peut prétendre parfaitement se connaître s’il ne s’est jamais plongé dans le passé de son existence afin d’en tirer les justes conclusions? Si...
publier-un-livre.com_331-quinze-a
Quinze à !
Benoît Bandat De petit format, glissé dans votre poche de manteau : Je détournerai votre trajet en train, tram ou bus de son droit chemin, en excursion de contes à...
publier-un-livre.com_330-le-manuel-de-la-comptabilite
Le manuel de la comptabilité
Pierre PIRET Ce manuel qui devrait être repris dans une catégorie de type "Entreprise" se veut une référence pour les professionnels du chiffre et les...

Simon Vestdijck (traduction de Serge Rossignol)

C’est une grande satisfaction pour moi d’avoir obtenu la publication de ma traduction du roman de Simon Vestdijk « Het genadeschot ». Ce livre est l’aboutissement du travail de fin d’études de traduction que j’ai présenté à l’Institut Libre Marie Haps en 1981. Il avait été convenu à l’époque que je ne traduirais que les cinq premiers chapitres du roman. Depuis lors, je me suis souvent étonné que celui-ci, selon moi remarquable à plus d’un titre, soit toujours resté si peu connu du public et n’ait jamais été traduit en français. L’idée m’est alors venue que je pourrais peut-être remettre mon travail sur le métier et traduire les huit chapitres suivants, tâche à laquelle je me suis donc attelé ces dernières années. Une fois ma traduction terminée, j’eus la chance de pouvoir compter sur l’aide de mon promoteur de mémoire de l’époque, qui accepta de relire le texte, me suggéra d’y apporter quelques améliorations et m’encouragea à le proposer à la publication.

Le choix de cet auteur dans le cadre ma thèse se justifiait pour plusieurs raisons : Simon Vestdijk est non seulement un grand styliste, mais il se distingue également par la finesse de ses descriptions et la profondeur de ses réflexions. En outre, le cheminement tortueux de sa pensée relevait encore le niveau de difficulté de l’épreuve : que le lecteur ne s’étonne donc pas des nombreuses digressions et parenthèses d’une pensée qui semble progresser, puis se rétracte et revient parfois à son point de départ après un grand déploiement d’énergie. Il va de soi qu’un tel style impose un rythme assez lent à la lecture, et si j’ai parfois été obligé de scinder certaines phrases pour une plus grande lisibilité du texte, je me suis tout de même efforcé de le respecter autant que possible.
A la différence du texte néerlandais original, ma traduction comporte des notes en bas de page se rapportant à certains personnages, grades militaires, expressions et citations en allemand qu’il m’a semblé utile de commenter.

Simon Vestdijk a écrit ce roman en 1963.

La publication :

Ma traduction est publiée en auto-édition. Cette procédure est totalement gratuite, mais il revient à l’auteur de fournir un texte prêt à l’impression, c’est-à-dire qu’il doit être relu et mis en page, colophon et couverture compris, en respectant scrupuleusement les instructions de l’imprimeur. Une autre différence par rapport à l’édition classique, c’est que la publicité autour de votre livre vous incombe totalement. Mais si votre objectif n’est pas d’atteindre un public très large, cette solution peut s’avérer intéressante. Le travail réalisé par « Limprimeur.be » dépasse en tout cas de loin mes espérances et je ne peux que recommander cette adresse aux personnes désireuses de faire publier un livre dans des délais raisonnables et sans frais. Les livres sont imprimés à la demande, c’est–à-dire que l’imprimeur ne constitue pas de stocks à l’avance et peut ainsi réduire ses coûts au maximum.

Les livres publiés par cet auteur/éditeur :

publier-un-livre.com_117-le-coup-de-grace

Le coup de grâce

Simon Vestdijck (traduction de Serge Rossignol) Un chauffeur de bus réfléchit sur son passé de guerre. Il se souvient avoir été, vingt ans auparavant, au service d’un officier...

En savoir plus »