Le Livre en papier • Blog • A la rencontre de Mattia Imperiale

Articles les plus récents :
publier-un-livre.com_a-la-rencontre-de-nicolas-alaimo
A la rencontre de Nicolas Alaimo A la rencontre des auteurs 12/01/2017 Lire la suite »
publier-un-livre.com_a-la-rencontre-de-benoit-lemoine
A la rencontre de Benoît Lemoine A la rencontre des auteurs 11/01/2017 Lire la suite »
publier-un-livre.com_a-la-rencontre-de-jan-petillion
A la rencontre de Jan Petillion A la rencontre des auteurs 14/12/2016 Lire la suite »
publier-un-livre.com_a-la-rencontre-d-emmanuelle-lecomte
A la rencontre d'Emmanuelle Lecomte A la rencontre des auteurs 14/12/2016 Lire la suite »
publier-un-livre.com_a-la-rencontre-d-helene-delepine
A la rencontre d'Hélène Delepine A la rencontre des auteurs 10/11/2016 Lire la suite »
Rejoignez-nous sur Facebook :
publier-un-livre.com_a-la-rencontre-de-mattia-imperiale

A la rencontre de Mattia Imperiale

Posté le 16/12/2016 • Catégorie : A la rencontre des auteurs

Mattia Imperiale, vous êtes l'auteur du livre Alice, publié avec Le Livre en papier.

Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

À l’heure où est écrite cette interview, j’ai vingt-cinq ans et je suis journaliste de presse écrite ainsi que Copywriter pour une société qui crée des sites web. Pour le moment, j’ai la chance de vivre grâce aux mots. J’ai publié en 2014 une nouvelle intitulée « Le Flash » et me voici de retour avec  mon premier roman « Alice ».

Quand avez-vous commencé à écrire ?

Ça devait être vers l’âge de 12- 13 ans, pour une fille. Je me souviens avoir modifié les paroles d’une chanson de Francis Cabrel pour que cette fameuse fille me donne une deuxième chance. Si mes souvenirs sont bons, ça n’a pas eu les effets espérés.

Ensuite, c’est plutôt vers l’âge de quinze ans que j’ai réellement commencé à sortir de ma tête mes pensées. Les premiers vrais tourments, les premières questions profondes sur la vie, l’amour, les amis, la famille. Je suis incapable d’écrire une autre histoire que la mienne du coup je n’écris que par pulsion. Certains on besoin d’aller courir, faire du sport ou d’aller danser, moi mon exutoire c’est plutôt le traitement de texte Word avec une bonne musique de fond.

Quelle étape vous a paru la plus facile et celle qui vous a paru la plus difficile lors de l’écriture de votre livre ?

J’écris par envie et donc pas forcément avec une suite logique à ce qui a été écrit avant. Je peux très bien écrire un texte sur une soirée très alcoolisée que j’ai vécue un vendredi soir avec une fille que je courtisais, et écrire sur ce que je pense de mon ancien prof de math le lendemain. Je n’ai jamais commencé à écrire en ayant déjà une idée d’histoire en tête même si écrire un roman était une réelle envie. Donc je dirais que le plus difficile a été de trouver le fil conducteur qui unissait toutes ces courtes histoires afin qu’elles se transforment en chapitres avec toute la cohérence et la logique qui en découlent. Parfois ça collait parfaitement, parfois j’ai dû en inventer. C’était génial de devoir penser à ça même si je n’en dormais pas.

Pour le plus « facile »,  je dirais que c’est le reste. J’écris quand j’en ai envie. Et quand on a envie de quelque chose, on trouve toujours le temps, un lieu, un moyen de prendre des notes. On trouve toujours un moyen de faire disparaître la difficulté de la chose. Et puis c’est une activité tellement solitaire que ça a calmé une partie de mon être. Ça m’a permis de me couper de la vraie réalité pour raconter la mienne à travers l’histoire de mes personnages.

Aimez-vous lire ? Beaucoup de gens croient qu’il faut beaucoup lire pour écrire. Qu’en pensez-vous ? 

Je pense plutôt qu’il faut beaucoup écrire pour mieux écrire. Je ne suis pas un grand lecteur. Quand je tombe sur une lecture qui me plaît, je suis presque énervé et je me dis que j’aurais dû penser à cette histoire ou à ce passage avant. Je suis plûtot un lecteur de gare. Par contre, je suis un grand fan de citations, c’est d’ailleurs ce que je recherche en premier sur l’auteur avant de commencer à lire son œuvre. 

Combien de temps avez-vous laissé murir votre projet et quel a été l’élément déclencheur qui vous a poussé à prendre la plume pour l’écrire ?

Trois ans. Après avoir vu ma nouvelle publiée, je ne comprenais pas trop l’engouement des mes proches et je me suis totalement laissé vivre. J’étais réellement heureux de ce qu’il m’arrivait et j’ai du mal à écrire sur le bonheur. Je ressens plus le besoin d’écrire après une déception qu’après un bon barbecue entre potes par exemple. J’ai donc vécu sans beaucoup écrire pendant deux ans avant d’en ressentir à nouveau l’envie et le besoin.

Avez-vous d’autres projets de livre(s) en cours (suite, nouvelle saga, etc.) ? 

J’ai une idée de livre, mais je ne sais pas si cela aboutira un jour. En ce moment j’espère donner un maximum d’échos à « Alice ». Je ne pense pas encore à la suite.

Comment faites-vous votre promotion ? (Réseaux sociaux, presse, salons et foires du livre, démarchage dans les points de vente, etc.)

Cela se passe beaucoup sur Facebook, aussi bien via mon profil perso que sur une page dédiée à ce que j’écris. Ensuite, je vais à la rencontre des libraires dans différentes villes de la région. J’ai la chance d’avoir pu toucher plusieurs centaines de personnes lors de la parution de ma nouvelle. Beaucoup de lecteurs me sont restés fidèles et continuent de lire les textes que je publie sur mon blog. Je remercie d’ailleurs toutes ces personnes.

Quels conseils ou astuces donneriez-vous à un auteur qui souhaite publier un livre ?

J’ignore si je suis en mesure de donner des conseils à qui que ce soit mais si je devais en donner un, je dirais qu’il faut se laisser vivre et exploiter au plus profond de nous ce qui nous anime sans ne jamais douter de ce qu’on ressent, et, ce, quoi qu’il arrive.

Comment avez-vous découvert Le Livre en papier ?

Via un reportage dans la presse.

Pourquoi avoir choisi l’auto-édition avec Le Livre en papier ?

Avant d’opter pour l’auto-édition, j’avais envoyé mon manuscrit dans trois maisons d’éditions. Deux d’entre elles m’ont proposé un contrat de publication alors que la troisième, avec laquelle j’avais vraiment envie de travailler, n’a pas accepté de me publier. Malgré le refus, j’ai reçu des commentaires élogieux et des remarques judicieuses, j’ai donc décidé de retravailler le roman et de foncer vers l’auto-édition. Choisir le livre en papier a été comme une évidence. J’avais déjà eu des contacts avec le Livre en papier dans le cadre d’un reportage et j’ai donc décidé de leur confier mon travail.

Comment décririez-vous cette expérience ?

Pour le moment, cette expérience est très enrichissante. Je savais un peu à quoi m’attendre en entrant dans le monde de l’auto-édition. Mais je suis assez fier et heureux de gravir les échellons petit à petit et de me dire que tout dépend de moi et que tout a été choisi par mes soins. C’est très gratifiant.

Si c’était à refaire, que changeriez-vous ?

Absolument rien, jamais.

 

« Retour aux articles